Article

3 clefs pour retrouver son équilibre émotionnel

Même si nous n’avons pas forcément de prise sur ce qui ne dépend pas de nous et qui nous impacte de l’extérieur, nous avons le pouvoir en nous de choisir la manière dont nous souhaitons vivre cette situation.

Ainsi, nous avons cette capacité soit d’être envahie par ces émotions désagréables qui surgissent ou bien de les mettre à distance pour essayer de limiter leur impact.


Oui … mais comment faire me direz-vous peut-être ?

Pour voir la Vidéo – Cliquez sur l’image

En ce moment, vous l’avez bien sûr constatée, nos basses émotions sont davantage sollicitées.
Ces émotions sont : la peur, l’anxiété, la frustration, l’impuissance, la colère aussi…

Et si ces émotions qui sont activées plus souvent et plus intensément que d’ordinaire ont un impact direct sur notre état émotionnel, c’est parce que ces émotions dites basses sollicitent énormément la partie Reptilienne de notre cerveau : c’est la plus archaïque, celle qui est mobilisée pour se mettre en mode survie et qui est aussi là pour nous protéger d’un danger.

Si une voiture fonce sur vous, vous allez avoir le réflexe de vous écarter du danger, sans même réfléchir, ce sera totalement instinctif !

C’est votre reptilien qui est aux commandes.

Le problème c’est que lorsque ces émotions telle que la peur, l’anxiété, la tristesse … nous envahissent trop souvent dans la journée, elles peuvent se transformer en état d’esprit.

Et là, ces émotions prennent le dessus sur toutes les autres et notre « cerveau » reptilien risque de sur réagir.


Comment ?

Il va se mettre à solliciter énormément, en tout cas plus que d’habitude notre cerveau dit émotionnel appelé aussi le cerveau limbique qui peut alors se trouver désorienté par ce surplus d’émotions de colère, de contrariété, de tristesse …

Et la conséquence première, c’est qu’on va alors avoir tendance à sur réagir, à avoir besoin de compenser.

Par exemple, lorsque vous sentez la colère monter en vous sans pouvoir l’arrêter alors, c’est l’effet cocotte-minute assuré, elle va exploser !

Et c’est là qu’on se met, soit en colère à la première occasion, soit on compense, parfois même les deux !

Pour certaines ce sera en ouvrant un paquet de gâteau, d’autres en se plongeant sur les réseaux sociaux, d’autres encore en prenant un petit verre de vin …mais toujours dans cette logique comportementale de compensation d’une émotion forte qui nous submerge.

Hors un des principes essentiels c’est qu’une émotion, si on l’ignore reviendra toujours et de plus en plus fortement.

C’est la raison pour laquelle, il est intéressant d’apprendre à accueillir son émotion.

Cela peut paraître contre intuitif mais en fait plus vous accueillez une émotion, moins elle aura d’emprise sur vous.


Ça veut dire quoi accueillir son émotion ?

Et bien ça veut dire reconnaitre qu’elle existe.

Une émotion c’est une énergie, d’ailleurs étymologiquement, le mot : émotion vient du latin e movere, qui veut dire « mettre en mouvement ».

C’est une énergie qui transporte une information.

Et c’est là que ça devient particulièrement intéressant.
Parce qu’en fait votre émotion, elle a quelque chose à vous dire, quelque chose d’important pour vous.

En fait, c’est plus une alliée qu’une adversaire.

Et elle va venir et revenir encore et encore jusqu’à ce qu’elle soit sûr que vous ayez bien reçu le message,

C’est son rôle et il faut bien le reconnaître elle sait le jouer à la perfection !

En permettant à votre émotion d’exister, en fait, vous la libérez !

Tout particulièrement en ce moment, nous sommes plus qu’habituellement confrontées au yoyo émotionnel.
Vous savez cet état plutôt désagréable avec de fortes alternances et ou vos émotions basses reviennent très souvent.


Aussi particulièrement en ce moment, nous devons être vigilante à prendre soin de notre état émotionnel et à veiller à avoir une bonne hygiène émotionnelle dont voici une toute 1ère clef :

L’activité physique :

Essentielle pour libérer l’endorphine, cette hormone du bien-être et limiter la cortisol appelée aussi l’hormone du stress et de l’anxiété.

Même en étant chez soi, vous le savez bien maintenant, on peut faire de l’activité physique, seule ou en famille.

Et pour se motiver, vous n’aurez aucun mal à trouver un programme de cours cardio, fitness, yoga, pilâtes, arts martiaux ou autres totalement gratuits sur le web.

Bougez bougez !

Activez vos hormones du bonheur.

Même 15 mn par jour, plus c’est mieux mais ce sera déjà très bien, l’essentiel c’est la régularité.

Trouver une activité qui vous plait. C’est peut-être même l’occasion d’en essayer une nouvelle !


Une 2ème clef à laquelle on pense moins et c’est le cas de le dire :

Faites attention à vos pensées :

Ne surchargez pas votre cerveau reptilien avec des pensées de peur, d’inquiétude. Soyez vigilante à ne pas avoir vos conversations exclusivement tournées autour du contexte anxiogène…que ce soit en famille, au téléphone avec vos collègues, vos amis.

Ne le laissez pas prendre toute la place dans vos échanges. Gérer la réception des informations et de l’actualité. Tenez-vous informé.es bien sûr mais 2 fois par jour suffisent amplement et sur un temps limité.

En neurosciences, il est aujourd’hui prouvé que les pensées ont un impact direct sur nos émotions.

Et bien avant, ce sont les sages et notamment les sages de l’Himalaya qui nous l’ont enseigné : une des sources du bonheur ce sont les pensées que nous entretenons et inversement, c’est aussi une des sources de mal-être.

Alors essayons d’être attentive aux pensées que nous entretenons.

Aussi, lorsque vous vous surprenez à ruminer des choses négatives, essayez d’en prendre conscience et alors cherchez à occuper différemment votre esprit, que ce soit en écoutant un morceau de musique qui vous plaît ou toutes autres activités qui vous permettent de vous détourner de cette rumination.

Essayez, ça ne vous demandera pas beaucoup d’effort et puis surtout ça vous permettra d’être dans un état émotionnel beaucoup plus agréable.


Et une 3ème clef :

La respiration :

Respirer en conscience va considérablement vous aider à maintenir un mental apaisé.

Il existe différents exercices respiratoires mais en voici un très simple et très efficace que vous pouvez faire en toute autonomie.

Il s’agit de la respiration ventrale.

Prenez 5 minutes pour vous détendre.

Le soir au couché ou même dans la journée si vous le pouvez, allongez-vous.

Placez votre main gauche au niveau de votre thorax et votre main droite sur votre ventre.

Concentrez-vous sur votre respiration

Inspirez par le nez en gonflant votre ventre puis expirer lentement par la bouche en rentrant votre ventre.

Faites le pendant 5 minutes et ressentez les bienfaits que cela vous fait !

Ces 3 clefs qui font partie du bon sens sont la base d’une bonne gestion émotionnelle.

Mais ce qui fait vraiment la différence c’est de les appliquer, à son rythme, en douceur.

Si ça vous semble compliqué de faire les 3 dans votre journée, n’en faites qu’une par jour, ce sera déjà une belle avancée !

Essayez d’introduire une ou plusieurs de ces clefs dans votre quotidien et je peux vous assurer que vous en ressentirez rapidement les effets sur votre état émotionnel ☺


Barbara Bessier – apiSoi

Accompagne les femmes en transition de vie à retrouver leur mieux-être.
En tant que coach & psychopraticienne elle a développé une méthode progressive qui permet à ses femmes de retrouver confiance, d’améliorer leur état émotionnel & de redonner du sens à leur existence.

En savoir plus

Vous avez aimé ? Partagez !

Retour