Article

Arrêter de se comparer !

A l’ère des réseaux sociaux et de la prolifération des images, les occasions de comparaison de manquent pas.
Parfois ce peut être un moteur mais le plus souvent ça nous dessert alors gardons notre esprit éveillé pour nous et nos enfants !!


Pourquoi avons-nous tendance à nous comparer ?

Le plus souvent, c’est un besoin de reconnaissance qui se cache derrière. On se compare car ça nous rassure, ça alimente notre souhait d’appartenance à un groupe et ça nous permet de nous situer par rapport aux autres.

Cette comparaison sociale peut donc paraitre naturelle et utile mais en fait la plupart du temps c’est un leurre.

Connaissez-vous l’effet « marre aux poissons » théorisé en 1954 par le psychologue social Leon Festinger.

Mis en évidence dans le milieu scolaire, l’effet « marre aux poissons » révèle l’image qu’aura l’élève en fonction de l’environnement existant.

Par exemple, il a été démontré que l’élève se sentira intelligent si sa moyenne est de 13 alors que celle de la classe n’est que de 10. Et qu’inversement l’élève se sentira nul.le si la moyenne de la classe est de 18.

Dans un sens comme dans l’autre, il y a un véritable amalgame entre la note obtenue et Sa valeur personnelle et c’est là que ça devient nocif !

Pour voir la Vidéo – Cliquez sur l’image


Quand on se compare, et bien c’est notre Ego qui prend le dessus, celui qui juge, qui critique, qui nous pousse à établir des comparaisons et il adore ça, il s’en nourrit même … et l’Ego, lui, il n’est jamais satisfait, jamais rassasié, il lui en faudra encore et encore.

Or à ce petit jeu-là, on sera toujours perdantes car on trouvera toujours « mieux » que soi !!

A se comparer l’avez-vous remarqué on regarde toujours les qualités, les aptitudes physiques et mental de l’autre et on en oublierait presque les nôtres … on rentre dans le jeu de l’auto-évaluation et pire de la dévalorisation.

Voici ici l’expérience significative réalisée par Nicole Dubois, professeure de psychologie sociale à l’université Nancy-II


L’expérience : Mr Top, Mr Bof et moi

Un premier étudiant appelons-le Tom est convoqué à un entretien d’embauche et doit compléter un questionnaire sur l’estime de soi. Alors qu’il est en train de le remplir, un second étudiant-complice des expérimentateurs rentre dans la salle et commence lui aussi à compléter le questionnaire.

C’est monsieur Bof avec un comportement très désinvolte, mal habillé et pas rasé. Automatiquement, Tom rentre en comparaison et on remarque à son attitude (petit sourire en coin, amusement) qu’il a une haute estime de lui en présence de M. Bof.

La même expérience a été réalisé avec monsieur Top. Un deuxième étudiant complice mais cette fois bien habillé, soigné et sûr de lui.

A ce moment-là, l’estime de Tom est clairement atteinte, son regard est inquiet, il perd confiance et se dévalorise en se comparant à monsieur Top.

Ce qu’il en ressort ici c’est que notre estime de nous est fortement influencée par la comparaison sociale et que là aussi notre valeur personnelle est impactée.

Pourtant, peut-être me direz-vous que la comparaison c’est aussi une source d’inspiration. Après tout si on ne se compare pas comment se situer et prendre sa place ?

Se comparer comme moteur pour nous aider à atteindre un objectif, oui ce peut être porteur à condition de se fixer un objectif réaliste et de ne pas se leurrer dans l’illusion.

C’est un peu comme si vous déteniez une clef unique, votre clef. Cette clef pourra ouvrir votre porte avec tous les trésors que vous trouverez à l’intérieur. Mais avec cette même clef, si vous cherchez à ouvrir la porte de votre voisine, vous ne pourrez pas.

Votre clef contient tous vos atouts, vos expériences, vos croyances, vos talents qui font de vous l’être exceptionnel et unique que vous êtes.

L’important, c’est vraiment de s’émanciper avec vos attributs propres, en progressant chaque jour mais vous l’aurez compris sans rentrer dans un processus de comparaison social.

J’aime beaucoup cette citation d’un auteur inconnu qui dit : « Se comparer aux autres c’est prendre le risque de se dévaloriser, se comparer à soi, c’est se donner une chance de progresser »


Un exercice pratique

Pour finir, je vous invite dans les prochains jours à être en observation de vous-même.

Lorsque vous vous surprenez à vous comparer, demandez-vous ce que vous ressentez, est-ce un moteur source d’inspiration ou ressentez-vous un malaise, source de dévalorisation ?

Et votre prochaine question à vous poser, ce sera comment est-ce que je peux m’améliorer et me sentir encore mieux qu’hier ?

Chaleureusement,

Réservez votre séance ici sans engagement.

Un premier moment d’échange entre vous et moi.


Barbara Bessier – apiSoi

Vous accompagne à mieux vivre votre transition de vie pour en faire une formidable opportunité.

En tant que coach & psychopraticienne elle a développé une méthode progressive qui permet à ses client.es de retrouver confiance, d’améliorer leur état émotionnel & de redonner du sens à leur existence.

Vous souhaitez réserver votre première séance offerte.

Vous avez aimé ? Partagez !

Retour